Sébastien Filiatrault – Le Chef-d’oeuvre

ChefdoeuvreL’éditeur dit de l’auteur…
Sébastien Filiatrault est né en 1978. Le Chef-d’œuvre est son premier roman. Titulaire d’un baccalauréat en science politique, il a publié en 2004 un essai intitulé Génération idéaliste.

L’éditeur dit du livre…
Afin de devenir un grand auteur, un jeune homme entame un processus de quête du malheur, une longue marche d’autodestruction créative. Pour créer un chef-d’œuvre, il y a plusieurs choix possibles : être fêlé comme Nelligan, suicidé comme Aquin ou fumé à l’opium comme Baudelaire. Tout sauf ce bonheur improductif, état de grâce réservé aux non-écrivains de ce monde.
Entouré de son ami le Rital, l’hédoniste italien qui apparaît toujours comme un cheveu sur la soupe, et de Zoé, l’actrice en herbe, il rencontrera sur son parcours vers l’abîme Petite Fleur, la jolie poète, et Violette la libraire-sorcière.
Il devra aussi, pour parvenir à ses fins, couper les ponts avec sa mère porteuse et son père biologique, ancrage d’une jeunesse banlieusarde passée dans la ouate. Éviter les pièges du bonheur et provoquer le malheur jusque dans ses derniers retranchements, voilà le plan de match. C’est la guerre au bonheur, la résistance à ce monde capitaliste « qui nous tient en liesse ». Tous les moyens sont bons et la fin justifie les moyens. Atteindra-t-il cet état ultime qui lui permettra d’écrire un de ces chefs-d’œuvre « comme il ne s’en fait plus » ?
Écrit dans un langage coloré et un style particulier, ce roman ne comporte aucun dialogue. Tout est perçu par le personnage principal, à travers son regard unique sur le monde. Un texte satirique, teinté d’humour et exploitant une image caricaturale de l’artiste et écrivain.

Pour en savoir plus

Crédit photo: Robert Etcheverry

Laisser un commentaire

M’aviser des nouveaux commentaires publiés sur cet article par courriel